Publié le mercredi 16 août 2017 17:00 | Mis à jour le mercredi 16 août 2017 13:47

«Tout a été fait dans les règles de l’art» - Joanne Poulin

GRACEFIELD - «Il y a des gens qui ont tendance à critiquer le travail des autres. Nous nous sommes fiés sur l’expertise de nos ingénieurs qui nous ont donné le feu vert dans l’exécution des travaux qui ont été exécutés dans le respect des normes en vigueur pour ce type d’aménagement.»

C’est l’essentiel de la réplique de la mairesse de Gracefield, Joanne Poulin, aux commentaires émis par le contribuable André Marois au sujet de la mise à l’eau à la Baie Matte. Mme Poulin a confirmé que les autorités de la ville et de la Corporation du parc régional du Lac des Trente-et-un-Milles (CLTM) s’étaient rendues sur place afin de se rassurer à la suite de plaintes logées par certains citoyens concernant les travaux à la mise à l’eau de la Baie Matte.

«Quand nous sommes arrivés, des gens qui s’apprêtaient à utiliser la mise à l’eau nous ont félicités pour cette initiative. Le ministère de l’Environnement du Québec a donné le feu vert à ce projet et nous avons respecté les exigences à la lettre», ajoute la mairesse Poulin.

La Corporation

François Larose, directeur général de la CLTM, abonde dans le même sens que la mairesse de Gracefield. «J’ai supervisé le déboisement et tous les travaux prévus pour ce projet pour lequel nous avons obtenu un certificat d’utilisation du ministère de l’Environnement. Nous avons travaillé en collaboration avec l’ingénieur Éric Saumure du Service de génie civil de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau. Nous avons ajouté de la pierre de chaque côté de la mise à l’eau afin d’éviter toute déviation des embarcations. Il nous reste à ajouter un tapis de toile de jute aux abords du lac afin de restreindre l’émancipation de la myriophylle à épis. Il est certain que le projet a apporté son lot de critiques mais dans l’ensemble les commentaires positifs ont été très élogieux envers ce projet».

 

***

             Météo  •  Tourisme

Que pensez-vous de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics ?