Publié le mercredi 9 août 2017 13:50 | Mis à jour le mercredi 9 août 2017 14:19

Mairie de Cayamant : Nicolas Malette entre dans la course

Jean Lacaille

CAYAMANT - À 22 ans, il pourrait devenir le plus jeune maire de l’histoire de la Vallée-de-la-Gatineau. Nicolas Malette participera à sa 7e campagne électorale alors qu’il a confirmé, lundi après-midi, qu’il est candidat à la mairie de Cayamant.

«Après quatre ans comme conseiller municipal, je me sens prêt pour de nouveaux défis. Cette décision est le fruit de plusieurs semaines de réflexion au cours desquelles j’ai été approché par de nombreux intervenants de la municipalité de Cayamant et tous m’ont encouragé avec enthousiasme à poser ma candidature. Je me réjouis de leur soutien.»

Expérience politique

Nicolas Malette a acquis beaucoup d’expérience en politique de terrain par ses engagements communautaires, politiques et académiques lui qui est en voie d’obtenir un Baccalauréat en Sciences sociales, avec concentration en sciences politiques. «Je fais le saut parce qu’il est primordial pour Cayamant de continuer d’avancer et je suis prêt à m’y investir et à y consacrer toutes mes énergies.»

Le jeune candidat avoue faire partie d’une nouvelle génération de politiciens, proches de leurs milieux et ambitieux pour leur patelin. «Je suis rassembleur et ouvert au changement. De concert avec ceux et celles qui ont bâti notre municipalité, je compte ne ménager aucun effort pour faire de Cayamant une municipalité résolument tournée vers l’avenir et riche de son histoire.»

Nicolas Malette a participé à la réalisation de plusieurs dossiers municipaux. Dès octobre prochain, il sera en mesure de livrer son programme électoral dans lequel on retrouvera ses priorités. «J’entends travailler avec mes futurs collègues du conseil afin d’attirer de nouveaux résidents et de retenir ceux qui font déjà de Cayamant, une des plus belles et prometteuses municipalités du Québec».

 

             Météo  •  Tourisme

Que pensez-vous de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics ?