Publié le mercredi 12 juillet 2017 17:00 | Mis à jour le mercredi 12 juillet 2017 13:46

Demande de la Vallée-de-l’Or sur la Route 117 : Les élus val-gatinois s’y opposent

Sylvie Dejouy

LA GATINEAU - «Il n’est pas question qu’on accepte ça.» Les élus val-gatinois sont unanimes suite à l’adoption par le conseil de la MRC de la Vallée-de-l’Or d’une résolution à sa séance ordinaire du 21 juin. Celle-ci recommande que «l’entièreté des infrastructures de la route transcanadienne 117 faisant partie du secteur de la réserve faunique la Vérendrye, soit sous la responsabilité de la direction territoriale du ministère des Transports de l’Abitibi-Témiscamingue», plutôt que celle de l’Outaouais, «et que les budgets requis soient attribués».

Cette résolution a été envoyée au ministre des Transports, Laurent Lessard, ainsi qu’à Michel Merleau, préfet de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau ; Yves Coutu, directeur régional du ministère des Transports ;  Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs ; Guy Bourgeois, député d’Abitibi-Est  ; Stéphanie Vallée. députée de Gatineau et ministre de la Justice ; Sylvain Pagé, député de Labelle ; Francis Bérubé, coordonnateur de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue ; Pierre Flamand, du Comité SOS 117 ; Stéphane Ferron, président de la Chambre de commerce de Val-d’Or ; Yannick Richard, coprésident de la Chambre de commerce et d’industrie de Malartic ; Jean-Claude Loranger, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda ; Lyz Beaulieu, préfète de la MRC d’Antoine-Labelle.

Le texte de la résolution stipule que la route 117 «est le chemin d’accès principal (porte d’entrée) permettant de relier les grands centres urbains de Montréal et de Gatineau à notre région et que l’achalandage dans la réserve faunique La Vérendrye se compte en milliers de déplacements par jour ; est une route transcanadienne permettant aux camionneurs d’éviter le sud des provinces de Québec et de l’Ontario, afin de se rendre dans l’ouest canadien et elle est également partie intégrante de la route du nord vers la Baie-James permettant ainsi d’atteindre le nord québécois ; est essentielle à l’économie de la région, car la très grande majorité des marchandises et aliments sont transportés par cette voie terrestre».

La résolution parle de l’événement survenu le 16 mai dernier : une section de la route 117 au km 335 s’est affaissée, occasionnant la fermeture complète de la route 117 dans la réserve faunique La Vérendrye. Selon le conseil de la MRC de la Vallée-de-l’Or, «l’affaissement a eu lieu sur une section de la route 117 située sur le territoire de l’Outaouais et l’entretien de cette partie de la route ne semble pas être priorisé par les responsables de la direction territoriale du MTMDET de cette région». 

Le maire de Val-d’Or et préfet de la MRC de la Vallée-de-l’Or, Pierre Corbeil, souhaiterait également que le tronçon de la 117 qui relie Mont-Laurier à l’entrée du parc de la Vérendrye soit pris en charge par les Hautes-Laurentides, tandis que le reste de la route jusqu’à Val-d’Or serait sous la responsabilité de l’Abitibi, et ce, même si une large portion de la route 117 entre Mont-Laurier et Val-d’Or se situe en Outaouais.  

Le sujet a été évoqué durant la séance d’ajournement tenue la semaine dernière par le conseil de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau et il reviendra dans les discussions à la prochaine rencontre des maires prévue en août. Mais déjà, les élus val-gatinois sont formels : «Il n’est pas question qu’on accepte le changement, qui selon moi n’est absolument pas justifié, commente le préfet, Michel Merleau. Et ce n’est certainement pas l’évènement du 16 mai dernier qui le justifie. D’ici le mois d’août, je vais parler aux autorités du ministère des Transports et avec Stéphanie Vallée. On n’a jamais été mis au courant de leurs intentions. L’Outaouais est définitivement intéressée par la 117, qui est outaouaise sur une distance d’environ 150 km. C’est l’entrée nord de l’Outaouais. Est-ce que dans le passé il y a eu des négligences ? Je ne sais pas, je ne suis pas là pour critiquer ce qui s’est fait auparavant. Mais selon moi, il n’y a aucune justification que la responsabilité de la 117 soit confiée à une autre région.»

 

***

             Météo  •  Tourisme

Que pensez-vous de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics ?