Publié le mercredi 2 août 2017 17:00 | Mis à jour le mardi 8 août 2017 14:30

Association des villégiateurs et résidants du Lac Cayamant : Le camping municipal au cœur des discussions

Jean Lacaille

CAYAMANT - De l’avis de la présidente de l’Association des villégiateurs et résidants du Lac Cayamant (AVRLC), Joanne Berniquez, l’année qui se termine a été éprouvante à bien des égards. Mais la mission de l’organisme qui consiste à protéger le lac a été maintenue d’un bout à l’autre.

Joanne Berniquez présidait l’assemblée générale annuelle de l’organisme à laquelle ont assisté une cinquantaine de personnes dans la matinée de samedi dernier à l’église St-Roch. Des élections étaient inscrites à l’ordre du jour de l’assemblée. Suzanne Vallières s’est retirée du conseil d’administration afin de conserver sa liberté de parole, elle qui est candidate à la mairie de Cayamant en novembre prochain. Mme Carole Lafrance quitte également le conseil. Elles ont été remplacées par Claude Charbonneau et Richard Lefebvre.

Un projet néfaste pour le lac

En livrant son rapport annuel, qui n’avait pas été distribué aux membres et aux représentants de la presse, Joanne Berniquez a de nouveau insisté sur le projet de camping municipal en affirmant que ce n’était pas bon pour le lac. «Les membres nous ont demandé de faire valoir notre mission qui est de protéger le lac. C’est ce que nous avons fait en demandant la tenue d’un référendum sur ce projet. Il appert que la voie démocratique n’a pas été respectée par la municipalité qui a confié le dossier à la MRC qui elle, nous a indiqué, qu’elle ne permettait aucun référendum sur quelque projet municipal que ce soit.»

Mme Berniquez a ajouté que tous les liens étaient brisés avec les représentants de la municipalité. «Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous agissons de la sorte. Nous avons, en tant que villégiateurs, un fort sentiment d’appartenance à Cayamant depuis de nombreuses années. Nous espérons pouvoir un jour retrouver l’harmonie à Cayamant.»

Le rapport financier

Le trésorier, Richard Poirier, a livré les grandes lignes du rapport financier se terminant le 30 juin dernier. Le solde en banque se chiffre à 9 563 $. Le membre, Michel Charrette, est intervenu, après la livraison du rapport financier en affirmant «qu’il serait bon d’avoir le tout sur papier à l’assemblée pour que nous puissions être informés de l’argent que nous avons versé aux avocats dans nos causes contre la municipalité et la MRC. Dans la baie au village, moi aussi je fais face à des problèmes. Je voudrais m’assurer qu’il restera de l’argent dans le compte quand viendra le temps d’investir dans notre lutte pour la conservation de la santé de notre lac. J’ai entendu qu’on avait transféré 13 000 $ pour ces deux causes et on n’a même pas commencé la bataille. Il reste 10 000 $ à dépenser qui représentent autant que ce qu’on a dépensé à date. Ça veut dire qu’il en reste pas beaucoup. Je m’excuse de donner mon opinion !»

«Non, non, je vais communiquer avec vous et faire le point. C’est vraiment dommage qu’on en soit rendus là. Quant aux états financiers, ils vous seront remis lors des futures assemblées. Cette année, nous avons porté la carte de membre à 25 $, soit 5 $ de plus. Notre vente de garage a également été un succès. Elle sera répétée le 5 août au 26, rue Principale à Cayamant. Je félicite Diane Prud’homme pour la superbe courtepointe qu’elle a produite et vendue au profit de l’association. Un projet de 1 180 $.»

Joint par téléphone lundi, Michel Charrette affirme qu’il serait temps, de part et d’autre, de s’asseoir et de trouver des solutions au dilemme. «L’argent s’envole très vite. Il me semble qu’on devrait prendre le temps, tant au niveau de l’association, que de la municipalité, de développer un scénario sans affrontement comme c’est le cas présentement».

Les élections municipales

La présidente a mentionné que l’Association allait appuyer les candidats aux élections municipales qui voudront travailler en collaboration avec l’Association. «Quant au vote par correspondance, il a encore été refusé cette année. La municipalité nous a avisé que le conseil avait résolu de ne pas donner suite à notre demande. Nous espérons que le ministère des Affaires municipales du Québec adoptera une loi qui rendra le vote municipal par correspondance obligatoire. La date butoir pour s’inscrire sur la liste électorale est le 1er octobre prochain. Il est important que les villégiateurs viennent voter et qu’ils soient inscrits sur la liste électorale. Des formulaires sont disponibles à l’entrée.»

«Quant aux fameuses toiles de jute qui devraient aider à restreindre la prolifération de la myriophylle à épi, nous espérons, après les élections, être en mesure de travailler avec la municipalité pour trouver un moyen d’aller de l’avant avec ce projet de protection.»

Une pointe au Regroupement

La présidente a par la suite parlé de l’opération lavage de bateaux qui avait été initiée par la municipalité de Cayamant. «De l’argent a été investi. Le service a été abandonné l’an dernier au projet de stations de lavage de bateau le long la route 105, mené par le Regroupement pour la protection de l’eau de la Vallée-de-la-Gatineau. Les statistiques sont loin d’être positives à ce sujet. Cayamant était le chef de file dans le lavage de bateaux. Le service est à nouveau disponible mais il n’est pas obligatoire. La municipalité n’a aucun contrôle. Le lavage de bateaux devra être un sujet débattu en campagne électorale. Nous étions les premiers et là on traîne de la patte.»

Quant aux dossiers juridiques en cours, les causes seront entendues du 19 au 21 février 2018.

 

             Météo  •  Tourisme

Que pensez-vous de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics ?